Lundi 31 octobre 2011 1 31 /10 /Oct /2011 11:30

 

Octobre Rose aura fini son mois de lutte contre le cancer du sein avec beaucoup d’élégance. Pour l’occasion, le Grand Palais était illuminé en rose et nous étions invités à former un ruban rose géant pour que la campagne de prévention ne s’arrête pas là. Récit d’une pink party !

 

Cancer du sein, parlons en !

 

18h30 rendez-vous au Grand Palais. Nous sommes quelques-unes à être à l’heure et à faire la queue. Les conversations se nouent facilement. Beaucoup sont venues seules, d’autres sont là avec des copines ou des potes.

La facade est déjà rose. Au sol, un tapis rose encore sous plastique. Il faudra attendre les invités d’honneur pour le voir complétement. Mes converses rose bonbon sont bien dans l’esprit de la soirée.

 

18h45 Nous pouvons enfin entrer. Chacune laisse son formulaire de cession de droit à l’image aux hôtesses. La queue pour le vestiaire est rapide. De jeunes femmes, dont plusieurs sous chimio, nous accueillent avec le sourire. Tout le monde a droit à son teeshirt rose pour faire la fameuse photo. Deux tailles : L ou XL. En réalité ils sont minuscules et les XL partent à la vitesse de la lumière. Celles qui ne rentrent pas dedans s’en fichent, elles le nouent sur leurs épaules. Des rubans roses sont distribués. J’en mets un sur mon sac et l’autre à mon poignet.

Deux buffets nous attendent. La grande nef est plongée dans le noir et seules quelques lumières roses nous éclairent. Toutes les filles prennent la pose devant le fond prévu pour le photocall des marraines de l’événement. Sans vraie lumière, on fait des portraits tendance « halloween ».

 

Lucie de Paola - Cancer du sein

 

19h00 Le photographe est en haut de la nacelle qui culmine à 25 mètres de hauteur. Il régle les derniers détails. Pour parler aux éclairagistes, il donne des ordres dans son micro en interpellant les gens par leur nom. Ca fait rire tout le monde d’assister à ces conversations auxquelles on ne comprend rien mais qui ne nous sont pas épargnées.

Au sol, un ruban a été dessiné à la craie rouge. Pourquoi pas rose ?

Un homme et une femme nous demandent de nous rapprocher, nous allons commencer.

 

19h15 On essaye de se coller les uns aux autres pour former le ruban rose. Les rapprochements physiques créent de nouveaux liens. Tout le monde papote, rigole, s’agite. Des femmes, des hommes, des enfants, des malades, des non malades, tout le monde a envie d’être là pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. L’ambiance est festive, joyeuse.

On commence : on lève la tête, on sourit. Clic-clac, premiers essais. On tente une hola, on se plante et on recommence en riant. Les discussions vont bon train.

La musique qui doit nous accompagner retentit et là nous sommes perplexes. Le chant est magnifique mais il ressemble plus à un Requiem qu’à du Beyoncé. Ma voisine souligne : « Pour ceux qui ont perdu des proches dans la bataille, c’est pas très malin comme choix ». Je ne peux qu’être d’accord avec elle. La prochaine fois, on leur suggérera une playlist plus entrainante.

 

Grand Palais - Nef Rose

 

19h40 Contrairement à ce qu'indiquaient nos programmes, nous venons de faire une répétition. Il faut attendre les marraines pour la vraie photo. On les attend donc au chaud en continuant de faire connaissance les unes avec les autres.

Je suis alpaguée par une jeune journaliste qui veut m’interviewer. Pourquoi pas ? Elle trouve un coin tranquille pour poser sa caméra. Seul problème, j’ai la sono juste à côté de mes oreilles et je dois me concentrer pour écouter ses questions. Pourquoi je suis là ? Pourquoi le cancer du sein est important pour moi ? De quelle manière je contribue à la lutte contre cette maladie. Rapide et efficace, ça ne nous prend pas très longtemps.

De toute façon, nous devons nous diriger dehors, les marraines arrivent et l’illumination du bâtiment va commencer.

 

20h10 Il pleut mais les équipes sont au point : distribution de parapluies roses pour qu’on ne soit pas trempées. Je suis agréablement surprise de voir qu’ils ont pensé à tout. Les marraines arrivent enfin ! Au programme : Flavie Flament (la voir me fait systématiquement penser au prix Miss Ok magazine qu’elle avait gagné quand j’étais ado), Audrey Pulvar (perchée sur des chaussures noires magnifiques mais culminant facilement à 14 centimètres), Marie-Claude Pietragalla (simplement magnifique), Faustine Bollaert (j’avoue, je me souviens plus d’elle comme journaliste de Télé 7 jours que comme animatrice) et celles que je ne connais pas (honte à moi) : Marie-Amélie Seigner (je connais sa famille en revanche) et Cécilia Hornus (j’ai appris qu’elle jouait dans « Plus Belle la vie ! », série que je n’ai jamais regardée).

Le président de l’association « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! » ainsi que du groupe Estée Lauder France, Henk Van Der Mark, nous fait un petit discours avant d’illuminer le bâtiment. Les photographes se battent avec les parapluies roses pour essayer de prendre des photos de toutes ces jolies jeunes femmes.

Vivement qu’on rentre dans la nef, au chaud !

 

Ruban Rose

 

20h30 La remise des prix commence. Les participants à la photo commencent à s’agiter. Nous aurions dû faire les prises à 19h30 et certaines d’entre nous s’impatientent : « On va m’attendre à ma soirée d’anniversaire », « J’ai un dîner de prévu dans exactement 10 minutes », « Si c’est pas bientôt terminé, tant pis je pars sans faire la photo ».

Les prix Ruban Rose sont remis. Pour voir la liste des chercheurs qui se battent pour faire avancer la lutte, cliquez ici.

De mon côté, je suis surprise par les tenues des marraines : elles sont toutes habillées en noir (à l'exception de Faustine Bollaert, qui porte un pull violet, et de Marie-Claude Pietragalla qui a une chemise parme) ! Il m’aurait semblé plus judicieux de mettre une robe ou un top rose pour un évènement où la couleur est essentielle. Seul Philippe Clézardin, Directeur de Recherche à l'Inserm et lauréat du Grand Prix Ruban Rose semble y avoir songé. Il arbore avec beaucoup de simplicité une chemise et une cravate rose tendre. En voilà un qui a tout compris !

 

Ruban Rose Dominique Faliez

 

21h Ca y est, on peut faire la vraie photo ! On récupère toutes nos places. Certains ont disparu mais d’autres les ont remplacés, enfilant le plus vite possible un teeshirt rose. Les marraines font de même et se joignent à nous. Quelques minutes suffisent et le ruban rose est immortalisé.

 

 

La soirée fut vraiment belle, pleine de joie de vivre et de solidarité. L’association « Le cancer du sein, parlons-en ! » a encore réussi son pari. On se retrouvera l’année prochaine.

En attendant, continuez de prendre soin de vos seins et de vous ! 

 

J’ai mis sur Facebook quelques photos. Pour info, je suis tout à droite sur la vidéo de répétition, à côté de la fille avec le pantalon blanc !

 

 

 

Par Lucie de Paola - Publié dans : Combat
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Auto-Promo

Boite aux lettres

Twitter

Facebook

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés