Mercredi 24 mars 2010 3 24 /03 /Mars /2010 12:00


Cette semaine, "Faire l’Amour aux Etats-Unis".

J’ai été moins emballée que la dernière fois. J’ai trouvé que, cette fois ci, le sujet était abordé trop succinctement. Après un long passage sur l’histoire du sexe aux Etats-Unis, son rapport à la religion, et à l'histoire du pays lui même... on entre dans le vif du sujet… mais on reste un peu sur sa faim ! En effet, les 3/4 de l'ouvrage sont consacrés au puritanisme castrateur américain, à l'importance de la virginité... qui explique surement un grand nombre de comportements, mais c'est justement ces comportements qu'on aurait souhaité voir abordés.


Comme la semaine dernière, je ne dévoilerai pas tout le livre mais vous donnerai un petit aperçu de son contenu.

 

couv Faire Amour USA

 "Faire l'amour aux Etats-Unis" de Jean Manuel Traimond


Toutes les phrases en gras et en italique sont tirées du livre de Jean Manuel Traimond


 

Le fantasme de la Barbie

 

La semaine dernière je parlais du fantasme nippon de la jeune femme, brune avec un physique de préadolescente : les héroïnes de manga. Les américains aiment tout le contraire. Pour eux, les bombes sexuelles sont blondes avec de gros seins !

 

Le culte de la blondeur pourrait s’expliquer grâce au cinéma en noir et blanc.  ".. les blonds platine accrochent superbement la lumière : le cinéma en noir et blanc confère aux blondes l’auréole de anges." Veronica Lake eu droit à tout un article sur ses cheveux blonds… au lieu de saluer sa performance d’actrice !

Alors que les années 20 sont marquées par le style garçonne, Mae West et ses seins avantageux, redonne le goût des femmes voluptueuses dans les années 30. Des seins imposants mais avec une taille de guêpe… voilà le fantasme américain. Marylin Monroe en étant la parfaite incarnation.

 

En revanche, ce n’est pas le naturel qui est privilégié : faux ongles parfaitement manucurés, faux seins, dents refaites et blanchies, bronzage UV, pas un poil apparent… La notion de perfection est importante et tous les artifices sont bons pour y parvenir .

 

Dans la pratique...

 

Pour parler des rapports amoureux, les Américains ont recours au baseball : "la first base" est un baiser langoureux, "second base" est un pelotage en règle des seins, "third base" un orgasme… Le "home run" étant la pénétration… On repassera pour le romantisme !

 

Les Américains seraient-ils particulièrement adeptes de la fellation et du cunnilingus ? "Quiconque travaille avec des Américains remarque leur peur viscérale de laisser leur bouche vide, mais quiconque fait l’amour avec un(e) Américain(e) profite du bon côté de ce vilain défaut."  Comme quoi, les mauvaises habitudes alimentaires auraient du bon…

 

Etrangement les Américains sont phobiques des contacts physiques "car le germe règne, le microbe sournois guette. Nul besoin d’être un psychanalyste chevronné pour deviner, derrière la phobie nationale de la contamination, une solide phobie du toucher humain..." Au moins avec la masturbation via webcam, pas de risque de contamination...

 

Pour en savoir plus : "Faire l'amour aux Etats-Unis", editions Aubanel, 12 euros

 

La semaine prochaine le dernier volet : "Faire l'amour en France"

 

Par Lucie de Paola - Publié dans : Sexe etc
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Auto-Promo

Boite aux lettres

Facebook

Follow Me on Pinterest

Twitter

Blog coup de coeur ELLE

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés